REVUE DE PRESSE

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

 

Dans un décor modeste, inspiré de l'esthétique des contes slaves, le spectacle mené à un rythme frénétique emprunte à la fois au cirque, au music-hall et aux marionnettes. Tous les acteurs goûtent visiblement au plaisir d'être sur le plateau. Marguerite, par la voix inimitable d'Agnès Sourdillon, déploie une opiniâtre douceur à faire frémir n'importe qui, fût-il le diable en personne. On y rit beaucoup mais, comme dans le livre, l'écho est tragique, profondément russe, nourri d'une inquiétude sourde et permanente.

Maïa Bouteiller-Libération-14 mars 2000

 

En se mesurant à cette œuvre foisonnante de Boulgakov, Lisa Wurmser fait preuve d'un sacré cran…Portée par la vitalité des comédiens et une mise en scène crépitante d'invention, cette parabole politique déguisée en féerie fera, à coup sûr, de nombreux adeptes.

Joshka Shidlow-Télérama-22 mars 2000

 

Boulgakov révélé… Il fallait du talent à Lisa Wurmser pour rendre l'histoire (qui se déroule de l'Antiquité à l'Eternité) lisible, accessible. Du talent pour laisser l'imagination et la féerie prendre le pas sur la lourdeur de la machinerie communiste. Et la pièce en état de grâce multiplie les tours de passe-passe avec les spectateurs, qu'elle emmène vers trois heures d'apesanteur théâtrale.

Le Figaro- 28 mars 2000

 

La Bonne âme du Setchouan de Bertolt Brecht

 

La pièce est belle, la mise en scène ingénieuse. Les acteurs parfaitement choisis. Et au milieu de tout ce bonheur, il y a encore plus : une jeune comédienne, Maryse Poulhe (Chen Té), absolument époustouflante. Le physique, la voix, le ton, la légèreté, la présence, la sincérité … on n'en finirait plus d'égrener ses qualités. C'est un petit miracle d'émotion. Elle est là, tout devient lumineux, faisant de cette soirée un moment magique.

Nicole Manuello – France Soir 16 janvier 2004

 

La mise en scène est efficace. Toutes les ressources du spectacle sont mises en œuvre, de la marionnette à la vidéo. Sa meilleure arme demeure l'interprète du double rôle de Chen Té et Chui Ta, Maryse Poulhe, à la fois sensible et clownesque, inoubliable.

Jacques Nerson – Paris Obs 22 janvier 2004

 

 

Marie des Grenouilles de Jean-Claude Grumberg

 

Ce spectacle est une exception : c'est la première fois qu'un auteur et un metteur en scène de cette trempe s'impliquent avec autant de sincérité auprès d'un public d'enfants….. conte fou où l'on s'amuse follement et aussi un chef d'œuvre.

H.B Télérama 22 mars 2003

 

Humour, effets spéciaux, dialogues ciselés : la pièce avait tout pour captiver les jeunes spectateurs. Du grand théâtre.                                                      

G.U L'Est Républicain 14 juin 2003

 

Pinok et Barbie

 

Lisa Wurmser fait scintiller la magie scénique de Pinok et Barbie, la pièce enfantine de Jean-Claude Grumberg. Un enchantement politico-artistique de marionnettes, de masques et de comédiens.                                                                                                                                                                                                              V. Hotte, La Terrasse, janvier 2008

 

 

Vineta, la république des utopies

 

Lisa Wurmser monte Vineta, la république des utopies, un superbe texte très noir sur la vacuité contemporaine. Cette brillante pièce de l’Allemand Moritz Rinke, primée en Allemagne dès sa sortie en 2001, est garantie ultra-noire. Ce qui n’a pas empêché son auteur d’y glisser, entre beaucoup d’ironie, un peu de tendresse. Lisa Wurmser qui l’a mise en scène a eu cette main heureuse et légère qui retient la pièce sur le fil du drame et de la farce. Ses interprètes y jouent les équilibristes avec métier et élégance. Une performance franchement réjouissante.

Jean-Luc Bertet - Le Journal du Dimanche – 29 avril 2011

 

 

La manière dont Lisa Wurmser a abordé la complexité de l’oeuvre est remarquable. Mélangeant réalisme et burlesque elle agence avec créativité les scènes. La scénographie de Sophie Jacob, une artiste de grand talent, comme la création vidéo d’Yvan Blanloeil, sont formidables. Michel Hermon, diabolique, Jacques Verzier, Jean Lescot, Jean-Louis Cordina, Guillaume Fafiotte, Stéphane Mercoyrol, Pierre Poirot, Camille Grandville et Fannie Outeiro, une belle découverte, sont absolument parfaits, incarnant avec justesse, mais aussi dérission, leurs personnages.Des êtres mis en morceaux par la vie moderne et ses implacables règles.

MCN - Pariscope – 18 mai 2011

 

 

 

 

©THÉÂTRE VERANDA